Les peuples du Brésil

Les origines

Les origines du peuple brésilien sont multiples et s'expliquent particulièrement par deux phénomènes qui sont la colonisation et l'esclavage. Jusqu'au XIXe siècle, le métissage brésilien a été le fruit des échanges entre le peuple brésilien originel - les Indiens, les colons portugais et les esclaves - des africains.

Plus récemment, les guerres et les problèmes économiques ont provoqué des flux migratoires issus de l'Europe et du Japon. Au début du XXe siècle, des immigrés en provenance d'Europe (italiens, allemands, autres nationalités) et du Japon sont arrivés au Brésil. La majorité de ces immigrés se sont installés au sud du pays, en particulier à São Paulo.

Au nord du pays, la population d'origine indienne prédomine. Au nord-est du Brésil, surtout dans l'Etat de Bahia la population est majoritairement noire et métisse.

Les Brésiliens d'origine indienne

La conquête du territoire brésilien s'est faite au détriment des indiens. En effet ceux-ci ont été massivement exterminés par les "blancs" ou sont morts des maladies véhiculées par les colons. D'après de récentes études anthropologiques, il a été constaté qu'en 1500, à l'époque de la découverte du Brésil, la population indienne était autour de cinq millions.

Actuellement la population indienne au Brésil ne représente que 0,2% de la population totale du pays, soit environ 250 000 indiens. Cette communauté vit principalement en Amazonie (60%). Les 40% restant sont dispersés au nord-est et au centre-sud du pays. Ils occupent un territoire d'environ 900 000 km² qui leur est réservé par le gouvernement brésilien.

La difficulté de posséder des terres est un des problèmes vécus par les indiens du Brésil. En 1973 a été rédigé le "Statut de l'Indien" qui définissait officiellement les territoires qui leur étaient attribués. Mais cela n'a pas suffit à dissuader les exploitants du bois, les garimpeiros (chercheurs d'or) et les paysans sans terre qui continuent à s'approprier les terres indiennes.

D'après la Constitution de 1998, l'Etat est chargé d'assurer l'intégrité physique et culturelle du peuple indien. Malgré cela, de nombreuses tribus sont encore menacées de disparition. En rappel aux droits des indiens le 19 avril est un jour national qui leur est dédié.

La chanson de Jorge Ben - chanteur et compositeur brésilien - nous dit qu'anciennement "tous les jours étaient jours d'indien" :

" …les terres brésiliennes
Etaient habitées et aimées
Par plus de trois millions d'indiens
Maîtres heureux
De la terre Brasilis
Anciennement, tous les jours étaient jours d'indiens
Maintenant ils n'ont que le 19 avril… "

(Traduction du portugais)

Les Brésiliens d'origine africaine

Les noirs représentent environ 46% de la population totale du Brésil. La plupart se trouvent au nord-est et sud-est du pays. Salvador de Bahia est la ville où la population noire est très majoritaire soit environ 86% de sa population.

En 1532 les premiers africains furent réduits en esclavage au Brésil. Jusqu'en 1888, année de l'abolition de l'esclavage, plus de trois millions et demi de noirs africains ont été déportés vers le Brésil. Les esclaves fournissaient les bras essentiels à la culture de la canne à sucre, aux plantations du café, à l'exploitation des minéraux et à beaucoup d'autres activités très rentables pour les colons.

Aujourd'hui, les noirs au Brésil sont loin d'occuper une position privilégiée dans la société brésilienne. En général, ils vivent dans des conditions moins bonnes que le reste de la population. Ceci en étant un héritage de la colonisation et de l'esclavage.